Les RH moteurs de l'innovation en entreprise ? Alors soyons exemplaires...

A l’heure où les avancées technologiques offrent un champ des possibles extraordinaire, où la société est en pleine mutation et où la vitesse de propagation des idées s’accélère chaque jour, la capacité des entreprises à se saisir de nouvelles opportunités est au cœur de toutes les attentions. L’innovation est un incontournable, l’adaptation permanente et l’agilité sont essentielles.

A l’heure où les avancées technologiques offrent un champ des possibles extraordinaire, où la société est en pleine mutation et où la vitesse de propagation des idées s’accélère chaque jour, la capacité des entreprises à se saisir de nouvelles opportunités est au cœur de toutes les attentions. L’innovation est un incontournable, l’adaptation permanente et l’agilité sont essentielles.

Savoir si nous, les DRH, devons nous saisir de l’innovation et de la transformation n’est évidemment plus une question. Dès lors que nous contribuons à façonner la culture de l’entreprise, à élaborer les organisations et que les nouvelles technologies contribuent à optimiser les process de gestion des ressources humaines et de communication, alors nous devons être moteurs de l’innovation.

La facette entrepreneuriale de notre métier prend toute sa place (quelle chance !). A nous de contribuer à insuffler dans nos organisations esprit entrepreneurial et culture de l’innovation. Osons le changement, captons les tendances et saisissons-nous de toutes ces nouvelles opportunités qui s’offrent à nous. Oui, mais comment ? Suffit-il de le décréter ? De foncer en se jetant corps et âme dans l’innovation ?

De nombreux écrits sont régulièrement publiés sur l’innovation, la créativité et l’agilité. N’étant une spécialiste d’aucun de ces sujets, j’aimerais simplement partager avec vous réflexions et idées issues de l’expérience et du quotidien.

 Osons sortir des sentiers battus

Innover en RH, c’est s’inspirer, humer l’air du temps, écouter, échanger, comprendre les nouveaux usages, s’intéresser aux avancées technologiques, faire des liens, rebondir à plusieurs sur une idée, la façonner, la mettre en cohérence dans un ensemble,  la tester… C’est parfois prendre le contre-pied de la tendance générale, non pas pour se distinguer, mais par conviction sur la justesse du chemin à suivre.

C’est oser se saisir d’une idée, la malaxer et la pétrir à plusieurs, puis oser la lancer…. et voir…. c’est-à-dire observer le résultat et apprendre de cette observation.

Parce que ne pas oser tester ou se lancer, c’est en réalité prendre de vrais risques, le risque de ne pas apprendre, de ne pas acquérir de nouveaux savoir-faire et surtout de passer à côté d’une bonne idée.

Méfions-nous des certitudes

Tant lire et écouter les publications et les interventions RH peut être inspirant, tant il est également frappant de constater la multiplication des prises de parole, qui bien que n’adoptant aucune démarche prospectiviste, décrivent avec certitude comment les Ressources Humaines seront gérées demain.

Ces déclarations sont d’autant plus étonnantes qu’elles coïncident justement avec une période où les avancées technologiques, la transformation de la société et des modes de communication rendent ce futur particulièrement incertain. Le champ des possibles est d’autant plus extraordinaire qu’il reste à inventer. Alors gardons notre sens critique, face aux tendances du moment, à cette parole unique qui émane parfois des conférences, tables rondes ou articles, agaçante, comme cloisonnante. Acceptons plutôt l’incertitude et percevons la comme une formidable opportunité d’entreprendre.

Gardons notre lucidité

En cette période qui rend l’innovation et son renouvellement essentiels, la nouveauté est survalorisée. Elle génère effervescence et excitation. Si l’enthousiasme est précieux, car il permet aux idées de fourmiller, de prendre corps et d’exploser, l’effervescence et l’excitation face à la nouveauté doivent aussi être considérées avec lucidité pour s’assurer que les idées vont dans la bonne direction, qu’elles servent les enjeux et la stratégie de l’entreprise, qu’elles s’inscrivent de manière cohérente dans le contexte et qu’elles sont au service de l’organisation et de ses collaborateurs.

Intégrons le besoin d’innover dans la construction de nos organisations

L’innovation est permanente. Elle nécessite une veille régulière, une remise en cause des pratiques et des tests.

Pourtant l’attention qu’elle demande est difficile à rendre compatible avec le pilotage opérationnel des Ressources Humaines. La très grande réactivité exigée, la nécessité d’être présents sur tous les fronts où l’actualité l’exige et l’obligation de résultats liée à la responsabilité opérationnelle laissent peu d’espace à la prise de recul pour de nouvelles idées.

Dans ce contexte, la création d’un pôle opérationnel des ressources humaines et d’un pôle de veille et de pilotage des projets prend tout son sens.

L’un observe les pratiques internes et externes et suggère de nouvelles idées, l’autre les repositionne dans la réalité du terrain. Ensemble, nous réfléchissons aux meilleures idées pour répondre à nos enjeux, nous les challengeons, nous rebondissons vers d’autres suggestions jusqu’au consensus sur le lancement d’une nouvelle idée et jusqu’à l’envie partagée de la tester.

Créons l’espace pour les idées novatrices

Les idées ont besoin d’espace pour émerger. Elles seront d’autant mieux façonnées et abouties qu’elles seront issues de l’intelligence collective.

Je l’observe chaque année lorsque je réunis les managers RH en séminaire pour décliner la politique RH de Babilou en nouveau plan d’actions pour l’année à venir. Lors de ce temps d’échange et de réflexion, chacun contribue, apporte ses idées, écoute celles des autres, les challenge quel que soit son domaine d’expertise.

Deux conditions, qui relèvent de notre rôle de DRH, sont indispensables au succès de l’exercice. La première, c’est que tous les managers RH doivent avoir intégrés sans ambiguïté le cap et le sens des orientations RH : que cherchons-nous à atteindre ? Et pourquoi devons-nous rassembler nos forces pour l’atteindre ?

Ensuite, les idées doivent pouvoir émerger librement et sans contrainte. Au cours du séminaire, nous laissons de côté les contraintes de coûts et de moyens humains, chacun peut s’exprimer sur tous les sujets quel que soit son domaine de compétences et chacun accueille les idées des autres. Ensuite seulement nous les confrontons aux réalités économiques et aux prérequis nécessaires.

Tout acte a un effet immédiat et a aussi un effet secondaire. Au-delà de l’émergence d’idées et de la co-construction d’un plan annuel, ce temps collectif permet de développer la transversalité au sein de l’équipe RH entre l’ensemble des métiers. Il permet également à chacun de progresser, de se développer, d’élargir sa vision et son champ de compétences et enfin de créer de la coopération au quotidien, chacun ayant compris les enjeux et contraintes des autres.

A nous, les Ressources humaines de contribuer à créer l’espace pour l’envie de faire, le plaisir de trouver une idée, d’y réfléchir à plusieurs et pour la fierté de la mettre en œuvre.

Exercer notre métier dans une telle période de renouveau est une vraie chance. Nous avons, si tant est que comme chez Babilou la culture des dirigeants le favorise, l’opportunité d’avancer sans cesse et d’impacter fortement le développement ou la transformation de nos entreprises et de ses collaborateurs.

Retour aux articles